DOCSIS 3.0 : Numericable booste son réseau très haut-débit

LE POINT  SUR LE DOCSIS 3.0

Depuis 2007, Numericable rénove activement son réseau pour  remplacer rogressivement les câbles coaxiaux par de la fibre optique. Grâce à  son réseau  FTTLA (fiber to the last amplifier), le cablo-opérateur propose actuellement  des offres « Triple Play » avec un débit en réception jusqu’à  100mbit/s.

Depuis la fin 2010, Numericable a franchi une nouvelle étape et
met désormais à jour les têtes de réseau des villes où il est présent.
L’objectif de Numericable est de remplacer les matériels actuels par des  équipements de nouvelle génération gérant nativement la spécification EuroDocsis  3.0.

Pour Numericable, ces investissements permettent de remplir un  double objectif. D’une part, ils améliorent nettement la qualité de service  perçue par les abonnés (performance et stabilité de la connexion…), et d’autre  part, ils préparent l’avenir avec la perspective d’une montée en débit  significative dans les prochaines années.

A l’occasion de la visite de la tête de réseau Numericable  située à Rennes (Ille-et-Vilaine), Ariase vous invite à découvrir une partie des  infrastructures de l’opérateur, et à en savoir plus sur la norme DOCSIS.

Le DOCSIS 3.0

Docsis signifie Data Over Cable Service Interface  Specification. Il s’agit d’une norme internationale de communication, propre aux  cablo-opérateurs, qui définit les conditions permettant de faire transiter des  données à très haut débit sur un réseau câblé dédié à l’origine au transport des  signaux TV.

On parle de DOCSIS 3.0 car il s’agit de la troisième  spécification du standard Docsis initialement adopté en mars 1997. En France, et  plus largement en Europe, les cablo-opérateurs tels que Numericable se réfèrent  à la norme EuroDocsis qui est la version régionale du Docsis. Seules quelques  différences au niveau de la largeur des canaux de fréquences distinguent le  Docsis de l’EuroDocsis.

La spécification EuroDocsis 3.0 est déjà utilisée par  Numericable depuis qu’il a lancé la commercialisation d’offres jusqu’à 100  mbit/s. Néanmoins, le Docsis 3.0 est loin d’être généralisé et plus important,  son potentiel est loin d’être pleinement utilisé.

Le DOCSIS 3.0 : pour quoi faire ?

Le passage du Docsis 2.0 vers le Docsis 3.0 apporte son lot de  nouveautés et d’améliorations. Parmi les évolutions significatires, citons  notamment :

  • l’agrégation de canaux et donc la multiplication des débits
  • la gestion de l’IPv6
  • l’attribution dynamique des canaux
  • une meilleure qualité de service (QoS)
  • le support de l’IPTV

Du côté des internautes raccordés au réseau Numericable (et  donc aussi les abonnés Bbox, Auchan et Dartybox), le passage à la norme
EuroDocsis 3.0 est surtout ressenti de 2 manières.

Primo, les débits de la connexion s’améliorent notablement. De  nombreux internautes constatent un gain immédiat de plusieurs dizaines de mbit/s  en réception. Les résultats de tests de  débit – souvent limités à 30 mbit/s – grimpent à 70 voire 90 mbit/s.

Secundo, en parallèle aux meilleurs taux de transfert, le  passage au Docsis 3.0 assure une gestion plus fine de la qualité de service. En  clair, quand la bande passante d’une branche du réseau Numericable (un immeuble  ou un quartier par exemple) est fortement sollicitée, le Docsis 3.0 permet au  cablo-opérateur d’allouer dynamiquement et en temps réel des ressources  inutilisées d’une autre branche du secteur.

Cette allocation dynamique de canaux optimise considérablement l’utilisation  des ressources puisqu’elle répartit équitablement les canaux de fréquence entre  les abonnés qui utilisent réellement leur débit à un instant T.

Concrètement, cela se traduit par le maintien des performances
de la connexion aux heures de pointe (à partir de 18h par exemple), et réduit
fortement le taux d’insatisfaction et les résiliations

LE PASSAGE  VERS LE DOSCIS 3.0

En France, Numericable compte quelques 500 sites de  distribution aussi appelés tête de réseau ou « hub ». Ces sites stratégiques sont  véritablement au coeur du réseau national de Numericable puisqu’ils hébergent  les équipements (routeurs, passerelles, modulateurs…) qui interfacent les  modems des abonnés à Internet.

La mise à niveau des sites de distribution

Le passage à la spécification EuroDocsis 3.0 implique de facto  le renouvellement des CMTS (cable modem termination system) présents dans les  sites de distribution. Le CMTS est un routeur qui gère le trafic descendant et  montant des données numériques entre le backbone optique (Internet) et les  modems des abonnés.

L’équipementier principal de Numericable est Cisco, le premier
fournisseur mondial de technologies de réseau pour Internet. Numericable utilise
notamment les CMTS Cisco uBR10012 Universal Broadband Router,
dont chaque unité peut gérer jusqu’à 64 000 abonnés.

Les CMTS remplacés par Numericable ne sont pas pour autant « mis  à la casse ». Le cablo-opérateur les expédie dans d’autres villes pour renforcer  leurs capacités (avant migration ultérieure vers Docsis 3.0). Lors de notre  visite, un CMTS rennais était emballé dans un carton et prêt à être envoyé pour  une destination non précisée.

Le remplacement des équipements DOCSIS 2.0 requiert beaucoup de  temps et d’investissements. Les opérations sont donc planifiées dans la durée.
Au premier semestre 2011, plusieurs villes ont d’ores et déjà basculé sur la  nouvelle norme :

  • Brest
  • Grenoble
  • Le Havre
  • Lille
  • Lyon
  • Nancy
  • Nantes
  • Marseille
  • Metz
  • Mulhouse
  • Nice
  • Paris
  • Rennes
  • Strasbourg

Votre ville n’apparaît pas dans cette liste ? Pas de panique !
Le Docsis 3.0 devrait être étendu dans les prochains mois sur l’ensemble des  villes couvertes par Numericable.

Les perspectives du Docsis 3.0

Numericable poursuit la mutation de son réseau TV en réseau IP  avec l’objectif affiché de séduire le maximum de clients intéressés par le très  haut débit. Bien concscient des lenteurs du déploiement de la fibre optique  jusqu’à l’abonné (FTTH), Numericable souhaiterait enfoncer le clou et franchir  la barrière psychologique des 100 mbit/s.

Avec un réseau FTTLa et des têtes de réseau Eurodocsis 3.0,  l’opérateur a largement de quoi voir venir. Le véritable problème réside plutôt  en aval chez les clients. En effet, les modems actuellement en service ne  supportent pas la montée en débit.

Un nouveau  modem Netgear est actuellement en phase de test à Grenoble. Ce modem
supporte l’agrégation de 8 canaux descendants et de 4 canaux montants et peut  donc théoriquement fournir des débits de 400 mbit/s en réception et de 108mbit/s  en upload.

Du point de vue commercial et des usages, la multiplication par  4 de la vitesse de la connexion n’est certes pas encore justifiée en 2011. Mais  dans un proche avenir, on peut imaginer que Numericable booste ses offres Internet  pour attirer de nouveaux abonnés et se différencier des opérateurs FTTH qui  peinent à tirer la fibre jusque dans les logements.

250 mbit/s en download ? 50 mbit/s en upload ? Les autres  cablo-opérateurs, en Europe ou dans le reste du monde, qui ont migré leurs  réseaux en Docsis 3.0, proposent déjà des débits en nette hausse. Citons  notamment le canadien Videotron (120mbit / 20mbit), le japonais Japan Cablenet  (160mbit/10mbit) ou encore le suédois Com Hem (200mbit / 10mbit).

Signalons enfin que Virgin Media a testé avec succès (en  juillet 2011) un débit de 1.5Gbit/s en réception et de 150mbit/s en émission à  Londres (agrégation de 32 canaux). Les cablo-opérateurs n’ont pas dit leur  dernier mot…
GALERIE  PHOTOS

Carte du réseau de Rennes; Les différentes quartiers Rennais avec la liste des centres de  distribution

————————————-

Batterie de Secours; L’Alimentation électrique est doublée et protégée par un onduleur

————————————-

Intérieur du hub; La salle principale de la tête de réseau locale.

————————————-

CMTS Cisco (Docsis 3.0); Le CMTS (Cable Modem Termination System) est l’équipement principal qui gère  le trafic entre le réseau local et Internet.

————————————-

CMTS Cisco uBR10012; Un seul CMTS peut supporter 64000 abonnés !

————————————-

Vue arrière du CMTS; Panneau arrière d’un CMTS

————————————-

CMTS emballé !; Le CMTS (Docsis 2.0) remplacé sera réinstallé dans une autre ville.

————————————-

Routeur Juniper; Un routeur d’extrémité (capacité de débit 320 Gbit/s)

————————————-

Passerelle VoD; Serveur de vidéo à la demande (streaming)

————————————-

Disques durs; Des disques durs de forte capacité pour le cache des vidéos à la demande les  plus vues,

————————————-

Passerelle VoIP

————————————-

Fibre optique : tout savoir sur le très haut-débit
Qu’est-ce que la fibre optique ?

La fibre optique  est un fil en verre souple et fin comme un cheveu qui permet de transmettre à  longue distance les données IP sous la forme de signaux lumineux à très haut
débit ey sans atténuation de débit.

Grâce à la fibre optique, la vitesse d’une connexion Internet
peut dépasser 1 Gbits par seconde en émission (upload) et en réception  (download). Concrètement, les débits commerciaux annoncés aujourd’hui sont de  l’ordre de 100 Mbits/seconde mais ils sont amenés à progresser dans les années à  venir.

Outre les débits très rapides, un des avantages de la fibre  optique est de ne pas être influencé par la longueur de la ligne entre l’abonné  et le noeud de raccordement. Contrairement à la paire de cuivre des technologies  xDSL qui subit une atténuation importante au bout de quelques kilomètres, le  signal de la fibre ne décline pas (ou très peu) avec la distance.

FTTH-FTTB : les différents modes de raccordement

Alors qu’Orange, SFR et Free se lancent dans la bataille de la  fibre optique, il est mportant de distinguer les différents modes de  raccordement pour les particuliers. On peut les classer en 3 catégories.

Le FTTH dédié permet à chaque abonné de  disposer de sa propre fibre de chez lui jusqu’au noeud de raccordement optique  (NRO) équipé par son fournisseur d’accès. Techniquement, c’est la solution la  plus évolutive puisque le FAI peut contrôler davantage les débits et augmenter  si besoin la bande passante. Par contre, le FTTH dédié coûte plus cher et des  barrières administratives (syndic d’immeuble, copropriété…) peuvent gêner son  déploiement.

Le FTTH partagé est un dispositif différent.
La fibre optique entre l’abonné et le NRA est partagée grâce à un répartiteur supplémentaire installé en amont. Bref, la fibre en provenance du NRO est
divisée ensuite pour que chaque abonné obtienne le très haut débit. Cette  solution est moins coûteuse à mettre en oeuvre mais elle ne permet pas d’ajuster  facilement le débit.

Le FTTB relie un immeuble à un NRO via la  fibre optique. Néanmoins, du pied de l’immeuble jusqu’à l’abonné, c’est la  technologie VDSL2 (technologie xDSL plus performante que l’ADSL) qui est  utilisée. Ce sont donc la fibre optique et le paire de cuivre qui sont utilisées  pour faciliter le déploiement mais au détriment de la puissance de la bande  passante qui sera limitée à 100 Mbits.

Le FTTLa est utilisé par le cablo-opérateur  Numericable. La fibre jusqu’au dernier amplificateur remplace l’ancien réseau  câblé (voir  notre reportage). En FTTLa, la fibre optique relie le réseau de l’opérateur  à un « hub » qui irrigue ensuite les noeuds optiques installés au pied des  immeubles. Grâce à cette architecture, seule la partie terminale du réseau est  constituée de câbles coaxiaux sur les derniers mètres jusqu’à l’abonné.

FTTx : les sigles de la fibre optique

Plusieurs sigles sont généralement utilisés pour parler de la  fibre optique. La technologie FTTx se divise en 4 catégories en fonction des  usages prévus :

FTTH (Fiber To The Home) :

traduit en français par « fibre jusqu’au domicile ». L’abonné est directement raccordé par fibre optique jusqu’au répartiteur dont il dépend.

FTTB (Fiber To The Building) :

traduit en français par « fibre jusqu’à l’immeuble ». La connexion en fibre  optique va du répartiteur jusqu’au bas des immeubles. Un équipement supplémentaire distribue les flux jusque dans les appartements des internautes.

FTTLA (Fiber To The Last Amplifier) :

signifiant littéralement en français « fibre jusqu’au dernier amplificateur ».FTTO(Fiber To The office) :traduit en français par « fibre jusqu’au bureau ». Il s’agit d’une offre de  fibre optique spécialement dédiée aux professionnels commes les entreprises ou les administrations.

FTTC(Fiber To The Curb) :

traduit en français par « fibre jusqu’au sous-répartiteur ». Dans ce cas, la  fibre optique relie la boucle locale nationale d’un FAI au sous-répartiteur de  l’opérateur historique. Le réseau RTC (xDSL – paire de cuivre) prend alors le  relais jusqu’au domicile de l’abonné.

Les premières offres de fibre optique

fibre optiqueLa situation du  haut-débit en France est très largement dominée par les offres ADSL. Il est  toutefois possible de souscrire à des forfaits de fibre optique à Paris et dans  quelques métropoles régionales. Depuis mars 2007, l’offre La Fibre d’Orange est  par exemple disponible à Nantes, Grenoble, Nice, Metz, Marseille, Lille,  Poitiers ou encore Toulouse.

Depuis avril 2007, SFR propose aussi la fibre optique sur Paris  et Pau grâce à l’acquisition du groupe Neuf Cegetel, qui avait lui même racheté  coup sur coup les opérateurs Erenis (Paris) et CitéFibre (Pau). L’offre Neufbox  fibre optique est également accessible à Lyon, Marseille, Saint Lô et  Cherbourg.

Bien qu’il fut le premier FAI à annoncer une offre FTTH en  septembre 2006, Free a pris du retard. Son offre de fibre optique n’est  actuellement disponible que dans quelques arrondissements parisiens, dans  plusieurs quartiers de Valenciennes, Lyon et Montpellier. Le fondateur de Free,  Xavier Niel, estime que le démarrage de l’offre Freebox Optique aura  véritablement lieu au premier trimestre 2011.

Enfin, n’oublions pas Numericable qui dispose de lap lus large  couverture Très Haut Débit grâce à un réseau « 100 Mega » couvrant 4,3 millions de  foyers dans plus de 160 villes. Ce réseau est également utilisé par d’autres  fournisseurs d’accès (Dartybox, Auchan Box et Bouygues Telecom) qui  commercialisent leurs propres offres en louant les infrastructures de  Numericable.

Rendez-vous sur notre comparatif des offres de fibre  optique pour obtenir davantage d’informations sur les forfaits FTTx des  opérateurs.

Quels usages pour la fibre optique ?

Les débits autorisés par la fibre optique permettent bien  évidemment de couvrir facilement tous les besoins de bande passante des  applications du web comme la navigation et la téléphonie VoIP. L’intérêt majeur  de la fibre est donc de permettre aux internautes de bénéficier de nouveaux  services, qui nécessitent des débits que l’ADSL2+ ou le câble ne peuvent pas  fournir aujourd’hui. La télévision haute définition (TV HD)
a besoin d’une dizaine de Mbits de bande passante pour être  diffusée dans d’excellentes conditions.

Le FTTH permettra ainsi de fournir à un foyer assez de débits  pour que la TVHD soit transmise sur plusieurs téléviseurs simultanément.
L’échange de flux numériques multimédias comme les vidéos ou les photos, et la domotique pourraient se développer grâce à la fibre optique. Cette technologie  permet concrètement de lever les barrières de débits que le xDSL a imposé ces  dernières années.

La fibre optique est un support de premier plan pour favoriser  l’essor des contenus en relief et de la  TV 3D. Les premières chaînes 3D ont commencé à diffuser des programmes  évènementiels (concert, sport…) et des vidéos à la demande 3D sont également  en préparation. La 3D est gourmande en bande passante et les réseaux Très Haut  Débit sont parfaits pour garantir aux téléspectateurs une expérience  optimale.

Ce doculment vous est retransmis d’après un article  de :

Les atouts pour comparer et changer

Elargissement du problème : Le futur


Publié le 04/08/2011 – Source : Tom’s Hardware

Octobre 2008, des chercheurs du Boston University’s College of Engineering évoquent l’idée d’un réseau de communication sans fil utilisant non pas des ondes radio comme le WiFi ou la 3G mais tout simplement la lumière – un Morse lumineux du 21è siècle en quelque sorte. Leurs prototypes culminent à 10 Mb/s. 2011 : l’idée a fait son chemin et a été reprise par le programme de recherche européen OMEGA. Les débits
atteignent presque 1 Gb/s en laboratoire.

Le principe de ce réseau est très simple : les données sont transmises sous la forme du clignotement à très haute fréquence de diodes électroluminescentes (LED). Comme sur de la fibre optique, on multiplie les débits en additionnant plusieurs longueurs d’ondes grâce à des LED rouges, vertes, bleues et blanches. Au final, ce réseau a beaucoup d’avantages :

– installation extrêmement simple dans une maison : il suffit de remplacer les ampoules par des LED

– insensibilité aux interférences électromagnétiques

– aucune pollution électromagnétique, un point important pour les électrosensibles, les avions ou les équipements médicaux

– faible consommation d’énergie, un seul émetteur peut servir plusieurs clients, sans multiplication de la bande passante nécessaire (broadcast)

– sécurité puisque la communication n’est possible que dans le cône d’illumination de l’émetteur

Bien sûr, on peut aussi lui trouver de nombreux inconvénients, les plus évidents étant la nécessité de maintenir une visibilité directe du récepteur par l’émetteur et de maintenir la lampe allumée. Ces deux conditions sont cependant remplies dans de nombreux environnements tels que des bureaux en open space, des restaurants, etc.

Les chercheurs du Fraunhofer Heinrich Hertz Institute (HHI) parviennent à maintenir un débit de 125 Mb/s avec des composants à bas coût et un simple encodage on/off. Avec des LED à avalanche plus performantes et une modulation WDM, ils atteignent 800 Mb/s. Ce réseau sera en démonstration lors du prochain IFA de Berlin en septembre.

Pour plus d’infos: http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66872.htm

A propos micdec

I am a versatile engineer has retired and intense activity on the net, I maintains an openness of mind and some agility thereof. Contacts with persons younger than me motivate me and help me in this direction. Help my next in the best of my ability and knowledge is part of my most precious values as rewarding.
Cet article a été publié dans LA FIBRE OPTIQUE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour DOCSIS 3.0 : Numericable booste son réseau très haut-débit

  1. Ed dit :

    Super blog! Je bosse dans le support technique d’un gros FAI français et ton site est vraiment une mine d’information.

    Chapeau.

    • micdec dit :

      Bonjour cher Ami
      Au début, j’ai crée ce blog pour répondre aux questions de mes Amies un peu perdues dans Windows Spaces Live…et puis il y a eu la fermeture de ce dernier et le transfert vers WordPress…J’ai donc transféré mais hélas, face au très grand travail d’épuration qu’il y avait a faire, j’ai capitulé et ai laissé le contenu du Blog en l’état.
      Et puis, ne recevant plus de questions je me suis servi de ce blog comme d’un aide mémoire personnel en y copiant des éléments qui m’ont été très utiles et en pensant qu’ils pourraient aussi intéresser mes Amis. C’est pourquoi je précise a chaque fois l’origine du travail copié ici !…
      Je constate donc que tu as apprécié ce sujet et je te remercie de ton compliment.
      PS Je suis connecté a NUMERICÂBLE, tu connais ainsi l’intérêt tout particulier que je porte a cette Société !
      Bien amicalement

      • hervé dit :

        bonjour micdec,
        j’ai bien lu que tu avais laissé plus ou moins tomber ton blog, mais peut être pourras tu répondre à mes qqes interrogations sur la fibre de numericable.
        aujourd’hui je suis abonné à l’adsl de sfr et étant tres loin du nra j’ai un débit tres faible (degroupage total mais pas de tv car signal trop faible).
        J’envisage donc de passer à la fibre de numericable, mais je me pose une question par rapport à la fttla.
        si j’ai bien compris la fibre arrive jusqu’à un noeud puis c’est du coaxial jusqu’à mon salon ? la perte de débit peut elle etre importante avec le coaxial en fonction de la distance de câble ? je ne sais pas ou se situe le dernier amplificateur par rapport à chez moi, et j’ai peur d’etre loin de cet ampli et donc d’avoir un debit très loin des 100 mega promit par leur test d’éligibilité.
        Je te remercie par avance pour les infos que tu pourrais me fournir.
        Hervé

        PS je suis sur toulouse

      • micdec dit :

        Bonjour Hervé. Non, je n’ai pas laissé tomber mon blog (d’ailleurs, j’en ai 4 à gérer + NetLog !) mais j’ai de graves problèmes avec mes reins, j’ai du me mettre sous dialyse et le mois prochain ça se complique. Mais je vais te répondre depuis mon blog car ici c’est trop étroit.
        Bien amicalement

      • micdec dit :

        Re-bonjour Hervé.En fait, tu me poses une colle car je n’ai fais que reporter un article puisque personnellement je ne suis pas sous fibre bien qu’étant lié par câble avec NUMERICABLE. (j’ai la télé, le téléphone et le net dans le même contrat).
        J’ai un débit théorique, en réseau local, de 100 Mbits/sec (et en connexion 1394 un débit théorique de 400 Mbits/sec) mais en pratique, c’est bien différent ! En effet, je suis (parait-il d’après les techniciens) dans une boucle ancienne du câble et je suis parfois en panne de liaison. ET dans ce cas, je n’ai plus non plus de téléphone ! Lorsque j’ai des problèmes de lenteur, je teste ma ligne avec ce lien gratuit : http://www.speedtest.net/
        J’utilise aussi : http://www.degrouptest.com/test-debit.php
        Je me plains parfois de mon débit, mais lorsque mon fils venait chez moi, il trouvait que je chargeais des logiciels bien plus vite que chez lui alors qu’il était relié par ligne téléphonique, victime de l’éloignement du standard. Donc, le câble, même si la fibre optique n’arrive pas encore partout,c’est plus rapide que la ligne téléphonique.
        Au sujet de la fibre, je possédais un appartement à Asnières au sixième étage. La fibre avait été amenée jusqu’en bas de l’immeuble et le syndic qui,le gérait avait emmené celle-ci jusqu’aà chaque porte des occupants. A charge à eux de continuer l’installation dans leur appartement.
        Je viens de réaliser un test avec le premier lien que je t’ai donné, il est 18 h 43 et j’obtiens : Débit descendant 2.63 Mbps et débit montant 0.96 Mbps
        Je n’ai donc pas pu répondre totalement à tes questions, seulement ce que j’en connais mais j’espère que les liens que je t’ai transmis pourront t’aider a mieux savoir quel débit tu as.
        Bien amicalement
        Michel

      • micdec dit :

        Voici une documation complémentaire qui vient de me parvenir
        Le nouveau test d’éligibilité est arrivé !

        Le test d’éligibilité Ariase a été mis à jour pour faciliter la lecture des offres Internet réellement disponibles chez vous. Les services inclus dans chaque forfait sont désormais illustrés par des icônes complétées par des infobulles.

        Toutes les informations techniques (NRA, affaiblissement, carte des débits, alertes de déploiement…) restent bien entendu accessibles via une barre de menus dédiée.

        >>> Découvrez le nouveau test d’éligibilité ADSL et Fibre
        Le lien est ici :
        http://www.ariase.com/fr/eligibilite/test.html#utm_source=ariase&utm_medium=newsletter&utm_campaign=15novembre2012
        Bonne éligibilité !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s